Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bourgeons sous la neige

Bourgeons sous la neige

“Humanisme irréel” — Poésie concise d'origine Japonaise, genre “haïku”

Publié le par Francis Tugayé
Publié dans : #HAÏKU (ESSAIS)

 

 

 

 

       Les blanchailles (shira-uo) sont de menus poissons blancs – comment les entrapercevoir ?

       Le « lotus bleu » fut vénéré en Égypte pharaonique, ses fleurs se replient le soir et s'ouvrent à l'aube.
 

       The whitebaits (shira-uo) are small white fishes – how to glimpse them?

The “blue lotus” was venerated in Pharaonic Egypt, its flowers fold in evening and open at dawn.
 

Commenter cet article

Beaufond 07/01/2015 18:12

Bonsoir, bonsoir,

Une diérèse à « diaphane » ne serait-elle pas dans l'esprit du haïku ? — je vous le demande, parce que les lectures hésitantes ont toujours fui la poésie.

Belle année de poésie à vous.

Francis Tugayé 08/01/2015 17:36

Cher Beaufond,,, que je ne connais pas encore ;-)
merci de l'attention que vous portez au contenu de mon blog. :-D
J'espère qu'il vous aide à relativiser selon votre humeur du moment...

Francis Tugayé 08/01/2015 17:22

Contrairement à ce qui tourne en boucle, la langue Japonaise est intrinsèquement dotée d'une nuée d'assonances et allitérations dont ne se sont pas privés les maîtres haïjins du Pays du Soleil Levant.

Quant à la forme, bien que moi-même j'adopte le plus souvent possible le 5/7/5, cette forme peut aussi dépendre de la scène traitée.
Une ambiance douce et coulée entre parfaitement dans la forme 5/7/5.
Une ambiance assez dure (dans la sonorité des mots et ce qu'ils pourraient suggérer) pourrait avoir une forme différente qui, éventuellement, marquerait une rupture.

¤ ¤ ¤

Deux séquences tout en suggestion :

● « Sensualité » (séquence) http://0z.fr/rlqhR

● « Vicissitudes » (séquence) http://0z.fr/Xzg4r

¤ ¤ ¤

Deux articles :

● « L'éventualité d'emploi de MÉTAPHORES dans le haïku »
(reflet de mes intuitions, et non de mes certitudes)
article blog : http://0z.fr/0q8oz

● « “RIMES et ASSONANCES” dans le haïku (essais) »
Juste un point de vue, un partage à prendre avec des “pincettes” –
il ne vaut que ce qu'il vaut.
article blog : http://0z.fr/6nqp5

Dans ce second article, vous serez servi par d'insignes assonances ! ;-)

Désolé, je ne peux pas placer des liens actifs.

Mes amitiés
Francis 8-)

Beaufond 08/01/2015 15:10

Cher Francis Tugayé,

Je suis bien arrivé à cette lecture du second vers après l'avoir observé plusieurs fois, mais n'est-ce pas cela même le défaut d'un vers — le besoin de le manipuler musicalement ? Je crois que la poésie japonaise est rigide dans sa prononciation, rigoureuse, définie, stable ; la poésie française a toujours employé « di-a-phane » avec sa diérèse ( « Qu'une fée au corps diaphane, // Ainsi qu'une fleur qui se fane » Hugo ; « L'étoile qui se perd dans ce ciel diaphane […] Tout ce qui monte, enfin, ou vole, ou flotte, ou plane » Lamartine), aussi, sa synérèse fait hésiter, dans notre langue, hélas ! Je comprends que l'esprit du haïku soit considéré comme plus important que sa forme, mais la poésie est là où la forme et l'esprit sont en parfait accord ! Le vase doit sublimer la fleur et la fleur épouser le vase ! Sinon, nous marchons le chemin de la prose.

Lire vos poèmes m'est un plaisir léger qui me repose et me délasse l'esprit, c'est une grande chose ; écrivez, encore ! toujours ; il y aura éternellement des âmes assoiffées de paix.

À la manière de nos poètes, j'envisage la façon du tanka, avec l'horrible règle de la rime. N'hésitez pas à me conseiller quant à sa construction spécifique, je lis des articles çà et là, mais je veux véritablement rendre honneur au pays du soleil levant.

Mes amitiés.

Francis Tugayé 08/01/2015 10:43

Cher Beaufond,,, que je ne connais pas 8-)

Lire L2 ainsi : « quel/ques/ blan/chail/les/ dia/phanes » soit 7 syllabes

La forme 5/7/5 est plus facile à atteindre dans la langue française – un léger avantage. Toutefois cela devrait nous éviter toute contorsion, licence syntaxique ou cheville inutile. Il vaut mieux se garder de tout systématisme, de ne pas s'obliger au détriment du coulé. Quelques syllabes en moins ou en plus ne contreviennent pas à l'essence même du haïku.

Le VASE (la forme 5/7/5 ou tout autre) ne fait pas la FLEUR (le haïku)

Mes amitiés
Francis 8-)

BOUILLE PÂLICHONNE

 

 
Francis Tugayé
Tarbes, Hautes Pyrénées


 poète (genre “haïku”), atelier d'écriture,

arts plastiques (éclectisme),
cinéma (fan de), musique (Jazz & World),

jeux stratégiques (Echecs & Go)
 

DESSEIN

En quête permanente
d'un équilibre extrêmement délicat

entre l'essence originelle du haïku
et... ce que nous sommes

 


Le haïku, l'art de suggérer

L'instant fugitif, la retenue,

le non-dit, l'implicite

Hébergé par Overblog