Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bourgeons sous la neige

Bourgeons sous la neige

“Humanisme” au réel. Poésie concise d'origine Japonaise, genre “haïku”

Publié le par Francis Tugayé
Publié dans : #HAÏGAS & HAÏSHAS

 

 

Noir mat Outrenoir (haïga) 1200 cliquer sur l'image pour l'agrandir / click on the picture to enlarge

 

Avec « la lumière transformée par le Noir » Outrenoir , Pierre Soulages situe l'œuvre entre le spectateur et les surfaces de la toile. Je tente de respecter sa conception sur les jeux de lumière.

Certes, cela relève de l'abstraction. Cependant tous les termes de l'essai “haïkuesque” sont concrets : « Noir mat / Outrenoir », « stries », « lumière », « yeux ».

« Outrenoir »,
néologisme inventé par Soulages : ce qui est perceptible au-delà du noir...

Noir (yin) / Outrenoir (yang)

 

Le site documentaire sur Pierre Soulages


RÉTROSPECTIVE PIERRE SOULAGES (article de Graziella Dupuy)

      

Voir les commentaires

Publié le par Francis Tugayé
Publié dans : #HAÏGAS & HAÏSHAS

 

 

Signe d'un souffle (haïga)1200 cliquer sur l'image pour l'agrandir / click on the picture to enlarge

 

Graziella Dupuy, encre sur papier
Francis Tugayé, haïku
             

 

      

Voir les commentaires

Publié le par Francis Tugayé
Publié dans : #HAÏGAS & HAÏSHAS

   

Sur le magnifique concerto d'Aranjuez, la chanteuse Fayrouz entonne une ode à Beyrouth

 
 

 

Atteignez la traduction française des paroles de “li Beirut” 

 

 

un haïga (dessin & haïku)

Laissez-vous porter par la sensible voix de Fayrouz

 

Si blême, la lune emblème (haïga)+++

cliquer sur l'image pour l'agrandir / click on the picture to enlarge

 

Montage

●  au-dessus l'œuvre « Rose lune » par Daniel Tremblay.
    (crédit photo : A. Morain in Le Monde, 16 janvier 2009)

●  sous le visage apaisé une dédicace “haïkuesque”,
    « Si blême, la lune emblème... » (13 juin 2008)

 

 

       Née à Beyrouth, une amie platonique a décidé de rejoindre « la lune et les étoiles »
       Elle m'avait fait ressentir
son incommensurable « nostalgie », un doux euphémisme.

       Symbole de Beyrouth, le fabuleux Phénix renaît toujours de ses cendres...

    

Voir les commentaires

Publié le par Francis Tugayé
Publié dans : #HAÏKU (ARTICLES)

  
Juste un point de vue, un partage à prendre avec des “pincettes” – il ne vaut que ce qu'il vaut.


PRÉAMBULE (ajout du 21 juillet 2014)
Un haïku n'a pas de vers – c'est un « monostique » qui pourrait s'écrire sur une seule ligne.
En Occident, le haïku s'écrit le plus souvent sur 3 lignes pour en faire percevoir la rythmique.
Donc les rimes (mentionnées comme telles) doivent être considérées comme des assonances.

S'agissant en fait d'assonances, le mot « rimes » n'est maintenu que pour clarifier le texte.

 

Avant d’aborder le sujet, sachez que je travaille bien plus sur les assonances et allitérations.
À mes yeux il est important que les sonorités collent au plus près de la scène traitée.

 

~Streetbrush~ Clapotis de l’eau
Assonances éloignées en “apo” et allitérations “po/pon”…

 

Au lecteur de ressentir (à sa manière) les jeux de sonorités.

 

Quelques haïjins tentent « une rime éloignée » ; une francophone s'y emploie :

 

~Streetbrush~ achalandage & lune d'eau

 

 

Diane Descôteaux alterne rimes féminines (L1 et L3) et terminaison masculine (L2) – ou vice versa.
D’autres exemples de l’auteure dans Ploc revue n° 11 ainsi que dans Ploc revue n° 7.

 

De son côté Dominique Chipot retourne “Aux sources du haïku : le haïku rimé” –  Ploc la lettre n° 31.
 

 

En ce qui me concerne, il y a quelques nuances assez spéciales – appréciez-les selon vos propres vues.

Je m'étais inspiré du style du poète et haïjin brésilien Guilherme de Almeida. Son modèle de base :

o o o o a                                 5 
o b o o o o b                           7 
o o o o a                                 5

a = rime éloignée
b = deux assonances internes

 

Si dans le monde s'y sont essayé nombre de haïjins (brésiliens, anglo-saxons, slaves... et non des
moindres), je ne vois pas pourquoi je me l'interdirai lorsque cela pourrait correspondre à un rendu.


Y aurait-il d'autres haïjins francophones qui se risqueraient à tenter une telle approche ?

Pour l'instant le milieu des haïjins francophones semble rétif, un peu freiné par sa pusillanimité,
mais surtout, soyons juste, par la difficulté de « saisir où se trouverait l'essentiel du haïku ».
et les trop nombreuses contradictions glanées ici ou là, souvent dans une même page :
– ne faites pas ci
– ne faites pas ça
– faites-le quand même !

 


Par choix personnel, aimant affronter les défis – mais sachez-le d’emblée, de manière rarissime –,
dans quelques uns de mes “essais haïkuesques” j'ai décidé d'accentuer les rimes et les assonances.
Et, c’est primordial, je n'emploie que des « mots concrets », une difficulté supplémentaire.

Je m'impose des contraintes si rigoureuses qu'elles frisent la limite de l’impossible
d'autant plus qu'il s'agit de refléter une réalité ressentie jusque dans ses moindres détails.

 


C'est encore plus rare et doit venir sans s'y obliger... et sans prévenir –  cela vient ou ne vient pas.
 

 

Bien que je me le permette parfois, je ne prône pas une telle approche !



Mais vous avez affaire à “un criminel multirécidiviste”. Six essais en sept années.

Voici les six essais qui en aucun cas ne sauraient valoir d’exemples à suivre !
Méfiez-vous des apparences, chaque détail est cependant issu du « réel vécu et ressenti ».
Vous percevrez l’usage du « kigo » (mot de saison) censé créer une ambiance compensatrice.



Mais c’est bien sûr à vous de juger de la pertinence d'une telle approche…
  

  

 


~Streetbrush~ Bourgeons sous la neige+++                                                                                                      in Chevaucher la lune  [1] 

Un fort kigo à la charnière de l'hiver et du printemps. En douces ondulations,
les assonances internes en L2 font un peu oublier la rime « appuyée » entre L1 et L3.

 

 

~Streetbrush~ Lendemain de fièvre+++                                                                                                      in Chevaucher la lune  [1] 

Un kigo sous-tendu, les fleurs de jasmin sont le plus souvent cueillies en août. Douces,
les assonances internes en L2 font un peu oublier la rime « enfiévrée » entre L1 et L3.

 

 

 

~Streetbrush~ Vieux bœuf impassible+++

Un kigo sous-tendu, les mouches vertes œuvrent essentiellement en été. Alertes (sic),
les assonances internes en L2 font un peu oublier la rime « passive » entre L1 et L3.

 

 

 

~Streetbrush~ Bercail sous la bruine+++

Un kigo sous-tendu, la bruine sévit le plus souvent en automne. Dures et appuyées,
les assonances internes en L2 font un peu oublier la rime « tristounette » entre L1 et L3.

 

 

 

~Streetbrush~ Cendres à Beyrouth+++

                 Une amie, née à Beyrouth, m'a évoqué “ses immenses ressentis” – un doux euphémisme.

Sur le magnifique Concerto d'Aranjuez, la chanteuse Fayrouz entonne de sa sensible voix
une ode à Beyrouth, li Beirut.

Ressentiriez-vous ne serait-ce qu’un peu de cette nostalgie qui transpire des assonances                internes en L2, “blême/emblème”, et des échos éloignés “en/an” et “eyrou/ayrou” ?

 

 

~Streetbrush~ L’Instant de Guerlain+++

Trois assonances allitératives en “apo” et un imprévisible retournement en “opa”
ces trois assonances peu légères correspondent cependant à une humeur non-dite.
Un kigo, la pâleur de l'automne reflète ma peau pâlichonne et évanescente…

 

 


Au final notez que les sonorités collent à chaque scène et sous-tendent une ambiance appropriée.
Attention, la rime pourrait mener facilement à l'artificiel – je ne suis pas sûr d’éviter un tel écueil.
La seule chose que je sais, c'est qu'il s’agit d’un reflet d’une profonde sincérité.

 

 

Francis Tugayé © 2010-2014        

 

Quelques retouches les 11 mai et 21 juillet 2010, notamment dans l'expression “essais haïkuesques”
Un préambule ajouté le 21 juillet 2014 – les rimes doivent être considérées comme des assonances


Première version publiée dans la revue Ploc n° 11 (janvier 2010)
éditée par l'Association pour la Promotion du Haïku
(accès gratuit aux lettres et aux numéros de la revue Ploc)

   

[1] in Chevaucher la lune
      anthologie sous la direction d'André Duhaime
      éditions David, Ottawa (Ontario), 2001

               

 

Voir les commentaires

<< < 10 20 21 22 23 > >>

BOUILLE PÂLICHONNE

 

 
Francis Tugayé
Tarbes, Hautes Pyrénées


 poète (genre “haïku”), atelier d'écriture,

arts plastiques (éclectisme),
cinéma (fan de), musique (Jazz & World),

jeux stratégiques (Echecs & Go)
 

DESSEIN

En quête permanente
d'un équilibre extrêmement délicat

entre l'essence originelle du haïku
et... ce que nous sommes

 


Le haïku, l'art de suggérer

L'instant fugitif, la retenue,

le non-dit, l'implicite

Hébergé par Overblog