Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bourgeons sous la neige

Bourgeons sous la neige

“Humanisme” au réel. Poésie concise d'origine Japonaise, genre “haïku”

Publié le par Francis Tugayé
Publié dans : #HAÏKU (ARTICLES)


article mis à jour le 14 mai 2017
 

Amis haïjins, même différentes ou divergentes vos propres perceptions seront les bienvenues.


Accorder la « forme » (5/7/5 ou tout autre) à son « contenu » et vice versa
D'une approche beaucoup moins évidente, il pourrait être enrichissant de s'y adonner.


Quelques aperçus sur « l'harmonie » envisageable dans le haïku  
Cela pourrait ouvrir à tout un chacun une manière de ressentir, de faire ressentir les choses.

Dans l'art floral japonais, l'ikebana ou kadô (la Voie des fleurs), l'harmonie est réciproque.

Le vase sublime la fleur.
La fleur sublime le vase.

 


ikebana (art floral nippon)

ikebana (art floral japonais)

 

 

Selon mon intuition – elle peut me tromper ! –, un haïku pourrait revêtir une telle harmonie.


La rythmique (le vase)

En Occident, par convention liée à nos langues, les haïkus sont souvent disposés en 3 lignes.
Au travers de cette disposition, les haïjins en ressentiraient-ils une rythmique musicale ?
L'adapteraient-ils au plus près de la scène traitée (lourde, nostalgique, douce, légère...) ?

 
Chaque mot (un des pétales de la fleur)

Le « signifiant » du mot – sa seule apparence – d’une part, et ce qu'il « signifie » d’autre part.
Ce que les sonorités pourraient faire ressentir au-delà du sens (multiple sens) attribué au mot.
Cela nécessite un choix précis du moindre mot, il y a tant de nuances dans la langue française.

 
L'articulation du haïku

S’organise-t-elle comme les branches d'un éventail autour d'un « seul et unique rivet » ?
Une plus ou moins grande fluidité est-elle accordée au contenu selon la scène évoquée ?

 
La calligraphie

Au Japon, un haïku – comme un haïga – attire en premier lieu les yeux… avant d’être lu.
 

Convenons-en, réunir tous ces ingrédients dans un haïku est bien loin d’être une évidence.
Si l’exercice est pour le moins difficile et exigeant, il peut être passionnant de le tenter.

 
Juste trois essais qui frisent la forme 5/7/5 (une forme qui en soi n'est pas une panacée)
Pardon de me citer – en aucune façon, ces essais ne sauraient valoir d'exemples probants.

Sans trop intégrer les sens, laissez d’abord vos yeux percevoir les finesses de la calligraphie…
puis tentez de ressentir les mélodies et ce qu’elles pourraient sous-tendre au travers des mots.

 

 

 

Note sur la version Française et sa traduction Anglaise (effets proches)
L1 : mise en place d’une ambiance qui va s’avérer contrastée

L2 : une succession de sonorités à lire en douceur : “s”, “z” et “f”
L3 : au final, la mystérieuse apparition des fleurs

 

« L’ombre transcende la lumière diffuse » (notion japonaise)
 

 

 

Note sur la version Française et sa traduction Anglaise (effets proches)
L1 : amorce
d'un effet ondulatoire dans l'articulation des mots eux-mêmes
L2 / L3 : prolongement de cet effet ondulatoire sur l'ensemble de la scène

Dire au moins deux fois à haute voix le haïku pour en ressentir les effets...

En ressentiriez-vous une ambiance alourdie sous le poids de la canicule ?

 

“kagerō”, en un seul mot « la vapeur qui s'élève de la terre »
La sensibilité japonaise est particulièrement perméable à cette sorte d'ondulation un peu floue...

 

 

 

Note sur la version Française et sa traduction (non littérale) Anglaise
L1 : conforme à la scène sous-tendue, une introduction appuyée en “R/R”
L2 : détachée de L1, une sonorité agaçante (grinçante / creaking crank)
L3 : en léger contraste avec L1 et L2

Notez que rien n’est explicite dans cet essai.
Sauf que manifestement nous ne sommes pas dans un palace.

 

 

Francis Tugayé
(version blog © mai 2017)

 

Première publication en page 11 de la revue Ploc n° 25 (juin 2011)
Compte rendu de cours de haïkus (suite), les ambiances automnales, haïbuns...

 

Association pour la Promotion du Haïku
(accès gratuit aux lettres et aux numéros de la revue Ploc)

 

Commenter cet article

Ken 20/08/2015 21:02

Merci Francis pour ton article qui va me rester dans l'esprit.

Francis Tugayé 20/08/2015 22:00

Cher Ken
merci d'exprimer tes impressions sur cette page 8-)

L'approche en question est loin d'être facile, elle est extrêmement exigeante !
S'il n'y a pas de vrai lien, « l'Art de l'ikebana » nécessite des années de pratique...

En fait, j'ai réduit cet article à quelques aspects essentiels (à mes yeux)...
Au lecteur d'en déduire le contenu selon sa propre perception des choses ;-)

Mes amitiés
Sixfrancs 8-)

Joëlle Ginoux-Duvivier 20/08/2015 20:53

Merci pour tout, Francis ! Tu expliques "simplement" et c'est très plaisant à lire. Et je suis tout à fait d'accord avec : Le vase sublime la fleur.
La fleur sublime le vase.
Comme l'a si bien dit Picasso : "On met très longtemps à devenir jeune" et je pense que les enfants ont souvent la capacité d'écrire ce qu'ils ressentent avec sincérité et simplicité ! :-)

Francis Tugayé 20/08/2015 21:57

Chère Joëlle
merci de poser ta douce patte de chat pour exprimer tes impressions ♥

L'approche en question est loin d'être facile, elle est extrêmement exigeante !
S'il n'y a pas de vrai lien, « l'Art de l'ikebana » nécessite des années de pratique...

En fait, j'ai réduit cet article à quelques aspects essentiels (à mes yeux)...
Au lecteur d'en déduire le contenu selon sa propre perception des choses ;-)

Bisous ♥
Sixfrancs 8-)

BOUILLE PÂLICHONNE

 

 
Francis Tugayé
Tarbes, Hautes Pyrénées


 poète (genre “haïku”), atelier d'écriture,

arts plastiques (éclectisme),
cinéma (fan de), musique (Jazz & World),

jeux stratégiques (Echecs & Go)
 

DESSEIN

En quête permanente
d'un équilibre extrêmement délicat

entre l'essence originelle du haïku
et... ce que nous sommes

 


Le haïku, l'art de suggérer

L'instant fugitif, la retenue,

le non-dit, l'implicite

Hébergé par Overblog